• ça pousse chez la Graine...

    C'est toujours un peu la même histoire, mais toujours aussi belle... Je ne me lasse pas de ce spectacle. Mes premiers semis pointent enfin le bout de leur tige et se développent à une vitesse incroyable (bien heureusement car je suis à la traîne sur le calendrier...)....

     

    jardin 1.jpg

    hier matin...

     

    jardin 2.jpg

     et ce matin...

     

    D'autres à venir, dès que j'aurai préparé les godets qui recevront les graines Kokopelli. Je suis allée chercher mon colis aujourd'hui, un vrai trésor pour la jardinière en herbe que je suis...

    19 mai 2010 236.JPG

    De quoi remplir notre mini potager d'herbes en tout genre, aussi délicieuses les unes que les autres : basilic grec, basilic citron, mélisse, persil géant d'italie, bourrache, ciboulette, pourpier d'hiver, tétragone, coriandre, bourrache officinale, calendula, tomtes jaunes "caro rich", courge "jaune gros de paris", laitue pommée "melnicky maj"... (rassurez-vous chez la Graine on ne se fait pas des perfusions de jus d'herbes, on mange des herbes mais aussi du bon fromage, du bon pain, des macarons, de la crème fraîche et du chocolat !).

    J'ai aussi commandé du sarrasin et du trèfle violet pour améliorer la terre du jardin. Un truc et astuce pour celles qui débutent en jardinage bio comme moi : pour enrichir le sol, il est bon d'utiliser des engrais verts qui apportent de l'azote, protègent et couvrent la terre, empêche le lessivage des nutriments et l'enrichissent en humus. La terre devient au fil des années plus souple et fertile. De plus, pendant leur croissance, ces plantes occupent le sol et évite l'apparition de plantes indésirables (je n'aime pas l'expression "mauvaises" herbes...). Lorsque ces engrais verts (colza, avoine, sarrasin, trèfle, moutarde...) ont poussé, il faut les faucher, les laisser sécher 1 ou 2 jours et les enfouir d'un coup de griffe dans le sol... La nature s'occupe de faire la suite du travail... C'est pas beau ça ?

     A bientôt au jardin, dans ma cuisine, mon panier de laine ou sa ma machine à coudre !

  • J'ai mal à la graine !

    C'est une Graine de Madeleine toute tourneboulée qui vous écrit aujourd'hui. laspid-solutionslocales-desordreglobal.jpg

    Je suis allée voir mardi soir le magnifique documentaire "Solutions locales pour un désordre global" de Coline Serreau.

    Coline Serreau a choisi de faire parler des paysans, des agronomes, des économistes, des philosophes sur l'état de l'agriculture dans le monde. Le constat est on ne peut plus alarmant.

    Voici un extrait tiré du site du film, résumant bien la problématique : " Aujourd’hui, l’industrialisation agricole a fait le choix de réduire la diversité des espèces cultivées privilégiant les variétés à hauts rendements très consommatrices de produits phytosanitaires et les hybrides stériles au détriment des variétés locales adaptées aux sols de chaque région.

    Cette commercialisation du vivant représente un vrai danger pour la biodiversité et la préservation des multitudes de variétés de fruits et légumes propres à chaque région. En cas d’épidémie ou de parasite ravageant une espèce (comme ce fut le cas pour le riz il y a quelques années en Inde) la multitude des variétés garantit la capacité d’en trouver une résistante et d’éviter la famine.

    Mais au-delà de ce danger c’est la simple capacité des peuples à se nourrir par eux-mêmes qui est confisquée par le brevetage et la marchandisation de ce que la nature prodigue gratuitement à l’humanité depuis toujours.

    Le saviez-vous ? Sous l’effet de la standardisation de notre alimentation, 95 % des variétés de choux, 91 % des maïs de plein champ, 94 % des petits pois et 81 % des tomates… ont disparu."

    Je me doutais que ça allait mal pour les graines, mais à ce point là non. Bien naïve que j'étais... J'ai en effet découvert que 10 multinationales contrôlent 50% du secteur semencier dans le monde et que ces mêmes multinationales contrôlent 60% de l'agrochimie... sans commentaire... J'ai aussi découvert que par exemple 2% des variétés de tomates sont du domaine public... Le reste appartenant à des multinationales !! Ben oui, le vivant est une marchandise !! Et pire encore, les industriels développent des semences qui ne poussent que si le champ est traité avec tel produit et bien sûr les semences sont stériles. L'agriculteur doit donc racheter chaque année graines et produits, pieds et mains liés. On maltraite la terre, les graines et nous avec... Mais ce qui m'a achevée, c'est la découverte des catalogues nationaux de la Communauté Européenne (gérés sous l'influence de gens bien intentionnés vous l'aurez compris) qui fixent les semences que l'on peut cultiver ou non. La culture de ce qui n'y apparaît pas est donc interdit par la loi ! C'est comme cela que disparaissent de milliers de variétés anciennes et que l'on emprisonne le vivant ! 

    Mais de vraies solutions existent !  Coline Serreau a filmé des personnes qui se battent avec de modestes moyens pour développer des alternatives plus respectueuses de notre planète, des femmes, des hommes, des animaux. Des solutions qui se partagent, qui marchent et qui garantissent la sécurité alimentaire. Ce que nous montre Coline Serreau est époustouflant de simplicité et d'efficacité !!

    Je ne peux que vous encourager à aller voir ce documentaire ou à lire le livre paru chez Actes Sud. Visitez aussi le site consacré au film ICI. Vous trouverez des partenaires solutions , une carte de France de solutions qui existent près de chez vous, et sur  une autre page où trouver des fiches pratiques pour agir chez soi.

    En tant que consommateurs, de part nos choix, nous avons une responsabilité très importante. Choix de consommer local et de saison, choix de ne pas acheter en supermarché mais de soutenir les petits producteurs locaux (par ex sur les marchés, via les AMAP...), choix de jardiner bio (13 millions de français ont un jardin, ça compte !), choix ne pas acheter des graines "industrielles" chez qui vous savez...

    "Bon, la Graine, on a compris, merci pour ton discours, mais toi, comment vas-tu agir ?" .... Je fais déjà pas mal de petites choses mais là je crois que je vais me mettre très sérieusement au jardinage bio ! Jardiner bio peut devenir un acte militant, un acte de résistance, un acte d'espoir ! Et jardiner bio ne veut pas dire plus cher, plus compliqué, bien au contraire ! Aller, je vous donnerai des petits trucs et astuces au fil de mes futures expériences pour vous le prouver.

    Et puis j'ai vraiment envie de défendre mes soeurs les graines, graines d'envie, graines de vie. Et pour cela j'ai décidé de soutenir l'association Kokopelli. Voici le site de cette association, pas de blabla, je vous laisse découvrir. Commencez par lire cette page et vous verrez les choses autrement.

    J'ai un peu moins mal à la graine maintenant que j'ai partagé avec vous ce qui me chamboulait. Merci à celle qui auront eu la patience de lire ce billet jusqu'au bout...

    A bientôt !